Recherche personnalisée

vendredi 24 mars 2017

le FLN, donne la preuve qu'il faut des milliards pour être élu

le FLN, donne la preuve qu'il faut des milliards pour être élu sur SA LISTE ...
قاطعوا الانتخابات

mercredi 1 mars 2017

غرداية هدية إلى الشرطة في غرداية

L'Algérie mon pays !

Le FLN, le FIS et les femmes ...

LES FEMMES SOUS LE RÈGNE DU FLN
Le FIS exige que toutes les femmes portent le hijab (foulard) et encourage la ségrégation absolue des personnes en fonction du sexe, laquelle, en fait, relègue les femmes au foyer (MEW févr. 1992, 14). Pour cette raison, beaucoup de groupes de femmes algériennes sont fortement opposés au FIS, même s'il a des adeptes parmi les femmes (ibid.; Middle East Report janv.-févr. 1995b, 10; Monde Arabe Maghreb-Machrek avr.-juin 1994, 106) qui préfèrent les avantages modestes associés au port du voile dans une société dominée par l'islam aux objectifs moins accessibles fixés par le féminisme de type occidental (ibid., 108; Cheriet 1992, 207). Des sources rapportent que, pour certaines femmes islamistes, le port du voile leur permet de se faire respecter par les hommes et les protège contre le harcèlement sexuel (ibid., 204-205; Middle East Report nov.-déc. 1992, 15; Monde Arabe Maghreb-Machrek avr.-juin 1994, 108). De plus, le FIS autorise les femmes qui portent le voile à entrer dans les mosquées qui lui sont acquises, pour débattre des questions d'intérêt social, et il a créé des « cellules » de femmes, ou groupes d'étude, dans ces mosquées. Dans le contexte de près de trois décennies d'un régime autoritaire et fondé sur un parti unique, régime dans lequel les femmes n'avaient pas le droit de s'organiser ni d'exprimer publiquement leurs opinions, certaines femmes estiment donc que le FIS leur confère des pouvoirs (Middle East Report janv.-févr. 1995b, 13; Entelis 27 mars 1995; World Press Review janv. 1995). On ne connaît pas le nombre de femmes qui sont actives dans les groupes de militants islamistes. Toutefois, d'après un observateur, le mouvement des femmes islamistes est « très répandu », bien qu'il n'y ait probablement pas de femmes parmi les combattants islamistes (journaliste 30 mars 1995). Le professeur Entelis indique que certaines femmes sans affiliation religieuse et occidentalisées en Algérie ont également appuyé le FIS lors des élections locales de juin 1990. Leur vote pour le FIS ne dépendait pas de ses politiques relatives aux femmes, lesquelles n'étaient pas vraiment différentes des politiques existantes du FLN [ Le gouvernement du FLN, tout en favorisant l'instruction des femmes, leur offrait des occasions d'emploi limitées. D'après certaines sources, seulement 4 à 5 p. 100 des Algériennes travaillent (Middle East Report janv.-févr. 1995, 13; AFP 7 mars 1995); une autre source avance le chiffre de 10 à 15 p. 100 (Country Reports 1993 1994, 1154). ], mais plutôt d'un désir de changement et de la conviction que le FIS, contrairement au parti au pouvoir, représentait l'honnêteté et l'espoir pour l'avenir (Entelis 27 mars 1995).


Recherche personnalisée